05 57 02 83 94 contact@inside-rdt.fr 160 cours du Médoc - 33300 Bordeaux

Manager : comment entretenir et transmettre la confiance en soi

Pour un manager, la confiance en soi est une qualité première qui mène à la confiance réciproque et à la réussite de l’équipe.

Cependant, beaucoup d’obstacles peuvent entraver ce projet : l’échec qui entraîne le doute ; les sollicitations incessantes qui submergent le manager et l’empêchent d’avancer dans ses propres missions ; le pessimisme ambiant qui l’envahit d’idées négatives ; etc.

Alors, comment s’affranchir de ces obstacles et accéder au réservoir d’optimisme dont chacun d’entre nous dispose, à tous ces talents qui nous caractérisent mais dont nous sommes parfois incapables de profiter ?

C’est à ces questions que se propose de répondre cet article.

 

Manager en toute confiance et donner confiance aux autres

Chacun d’entre nous a une prédisposition plus ou moins grande à se faire confiance car la confiance en soi dépend largement de l’éducation que nous avons reçue. Cette confiance en soi nous permet de prendre notre place : celle que nous désirons et méritons.

Lorsque nous perdons confiance en nous, une solution est de réfléchir objectivement à ce qui fait notre talent : chaque réussite (même petite) permet de dénicher les compétences que l’on maîtrise. En identifiant ce que nous avons fait de bien, nous nous renforçons positivement et développons notre estime de soi.

Parfois, la perte de confiance correspond à une période de doute liée à un échec : Philippe Bloch*, auteur de « Ne me dites plus jamais bon courage », parle à propos de son éviction de la direction de Columbus Café, des vertus de l’échec. Les erreurs sont de bonnes choses quand on arrive à les surmonter. Elles nous permettent de mieux nous connaitre. « La plus belle aventure », explique-t-il, « c’est la prochaine. »

La confiance en soi se travaille, donc. Il peut y avoir des hauts et des bas, bien sûr. Mais elle est nourrie par une grande connaissance de soi, qui permet de ne pas se laisser atteindre par la peur ou le pessimisme ambiant. Car, comme nous l’explique Joseph Campbell**, les difficultés que nous rencontrons reflètent notre part d’ombre (c’est-à-dire « ces parties de nous-même dont nous nous sommes déconnectés et que nous tentons de supprimer, d’éviter ou de nier »).

 

Manager nécessite d’être vigilant et de ne pas se laisser « polluer »

 

Gestion de conflits et asservité - Inside Révélateur De Talents

 

Il est vrai que la confiance en soi est difficile à conserver.

Avez-vous remarqué ces petites phrases anodines du quotidien que l’on dit (ou que l’on reçoit) et qui, sous un couvert positif, sont chargées d’ondes négatives ? Le fameux « Bon courage pour ta journée ! » en est un exemple frappant (cf P. Bloch). Beaucoup de personnes commencent leur journée en soupirant. Pourtant, être heureux est aussi une décision que l’on peut prendre le matin en se levant et à chaque moment de la journée.

J’entends certains objecter « Facile à dire… ». Bien sûr, ce n’est pas forcément aussi facile à appliquer. Alors, prenons un exemple concret : un collaborateur entre dans votre bureau pour une énième sollicitation sur le mode « je n’y arrive pas avec untel », « on n’avance pas sur tel projet », « je suis bloqué avec ce client », « tu nous demandes de… mais ça ne marchera jamais », « le problème c’est que… », etc. Pour un manager qui se veut à l’écoute de ses collaborateurs, se laisser déborder peut devenir une sorte de talon d’Achille.

Votre talent va consister ici, non pas à vous mettre à gémir à l’unisson avec votre collaborateur ou à prendre à votre charge la mission qu’il n’arrive pas à remplir, mais à utiliser vos capacités d’écoute et d’empathie pour lui redonner cette confiance en lui qu’il a perdue. Il s’agit de l’aider à trouver par lui-même les moyens de contourner ou de franchir ce mur infranchissable qui s’élève face à lui, un peu à la manière de Randy Pausch*** qui, après avoir essayé (et réussi dans certains cas) pendant toute une partie de sa vie de réaliser ses rêves d’enfant, tente de permettre aux autres (ses élèves en l’occurrence) de réaliser leurs propres rêves.

En d’autres termes, face à un collaborateur en difficulté, il s’agit de renverser la boucle négative qui s’est mise en place pour lui redonner l’envie (et la fierté) de surmonter par lui-même l’obstacle… en se concentrant sur la solution, plutôt que sur le problème.

 

En conclusion, on pourrait dire que le manager heureux est celui qui est en mesure de chasser les idées négatives qui entravent la bonne marche de son équipe (et par la même occasion, la sienne). Attention, il ne s’agit pas de faire un déni des difficultés rencontrées ! mais de les affronter avec confiance en soi et en notre équipe, en chassant l’anxiété ou la peur qui nous paralysent.

 

* Philippe Bloch : « Entrepreneurs, osez et voyez grand ! »
** Joseph Campbell : « Le héros aux mille et un visages »
*** Randy Pausch : « The last Lecture – Really Acheiving your Childhood Dreams » (avec sous-titres en français)

 

Publié dans la catégorie ,
Equipe Inside

Equipe Inside

4 Comments

  1. CROCQ Philippe sur 22 novembre 2016 à 10 h 11 min

    Bonjour Valérie,
    Cet article me réconfort dans les nouvelles résolutions que j’ai décidé de prendre.

    A bientôt

    Philippe

  2. CROCQ Philippe sur 22 novembre 2016 à 10 h 11 min

    Bonjour Valérie,
    Cet article me réconfort dans les nouvelles résolutions que j’ai décidé de prendre.

    A bientôt

    Philippe

  3. Schuppz sur 11 décembre 2018 à 14 h 25 min

    Merci pour cet article très intéressant.
    Je suis intéressé pour suivre vos vos article
    Cordialement
    Emmanuel Schuppe

    • candres sur 11 décembre 2018 à 14 h 35 min

      Bonjour Emmanuel,
      Merci beaucoup pour votre commentaire, nous vous inscrivons à nos newsletters que vous recevrez chaque semaine.
      Bien cordialement,
      L’équipe Inside

Laissez un commentaire